Revue de Presse

LES NOUVEAUX ENJEUX DU NUMÉRIQUE DANS NOTRE SOCIÉTÉ

Ce samedi 6 juin, Jean-Luc KOCH, président de CARVEA Consulting aborde le sujet des nouveaux enjeux du numérique dans notre société : selon l’observatoire de la sensibilité numérique 45 % des Français n’approuvent pas le dispositif de traçage, pire, 23 % le rejettent totalement, mais la division est grande, car d’autre part 49% des français considère qu’une telle solution devrait être imposée sans discussion ni consentement afin de sauver un maximum de vies et d’épargner des emplois.

Après le vote favorable du Parlement, Edouard Philippe invite les Français à utiliser l'application de traçage StopCovid dès le 2 juin

« J'invite tous nos concitoyens à utiliser StopCovid pour se protéger, et protéger ses proches et les autres », a exhorté ce 28 mai Édouard Philippe, en présentant le plan d'actions pour la phase 2 du déconfinement, qui s'ouvre ce 2 juin. « StopCovid n'est pas l'arme magique contre l'épidémie, mais elle est un instrument complémentaire pour lutter contre l'épidémie, et ceci de manière encore plus efficace demain », a déclaré le Premier ministre. …/… « Il nous faut contrôler par tous les moyens les résurgences de l'épidémie par une identification des personnes contaminées » , a insisté le ministre de la santé, Olivier Véran, estimant que, « l'épidémie n'étant pas terminée », « le numérique peut nous aider encore davantage pour dépister précocement » les malades. « Il s'agit d'un projet français » , a encore souligné Cédric O. Car contrairement à d'autres pays, le gouvernement a choisi de ne pas passer par les solutions de Google et Apple, et a sollicité des chercheurs d'Inria, l'institut français de recherche en informatique. Un argument qui a notamment fait mouche auprès du patron des sénateurs LR Bruno Retailleau, qui entend « donner une chance à une application française, au nom de la souveraineté numérique, face aux sirènes des GAFAM » américains. Des parlementaires divisés À l'inverse, son homologue à l'Assemblée Damien Abad a dénoncé « une application mort-née, qui arrive trop tard et un pas de plus même prudent » vers une société « orwellienne ». …/… De telles divisions parcourent la société. Selon un sondage réalisé par le cabinet de conseil Carvea et Opinea, auprès de 1 004 personnes, 45 % des Français sont plutôt défavorables à la mise en place d'une application numérique, craignant la perte de l'intimité et de la vie privée ou la divulgation des données personnelles. Par ailleurs, d'autres outils alternatifs fleurissent. Comme l'application gratuite Mon geste en + de l'Institut français de l'Expérience patient (IFEP), qui permet à l'utilisateur de consigner dans un carnet numérique les contacts qu'il a fréquentés.

StopCovid : pourquoi les Français sont-ils si frileux ?

C’est officiel, StopCovid sera disponible dès le 2 juin sur Android et iOS. Néanmoins, une étude réalisée par CARVEA Consulting et OPINEA révèle que plus de la moitié des Français ne comptent pas l’utiliser. Mais pourquoi sont-ils si frileux ? 

Hier (27 mai 2020), le Premier ministre Édouard Philippe confirmait le lancement officiel de StopCovid le 2 juin. L’application de traçage fait donc partie intégrante de la phase 2 du déconfinement. Pourtant, les Français ne semblent pas prêts à l’adopter.

Selon une étude réalisée par CARVEA Consulting et OPINEA du 30 avril au 4 mai 2020 (échantillon de 1004 participants âgés de 15 à 75 ans représentatif de la population française), 45 % des Français n’approuvent pas le dispositif de traçage. Pire, 23 % le rejettent totalement.  Intimité et efficacité : l’équation complexe 

Parmi les principaux freins à l’adoption de StopCovid on trouve la perte de l’intimité et de la vie privée chez 57 % des sondés. Ce chiffre grimpe même à 70 % chez les plus jeunes. Cédric O. a beau expliquer que la pédagogie rassurera les citoyens, le sondage ne confirme pas ces dires. En effet, si l’on explique qu’un traçage numérique pourrait sauver plusieurs dizaines de milliers de vies et plusieurs centaines de milliers d’emplois, 16 % de la population préfère quand même protéger son intimité et sa vie privée. C’est dire si la défiance est grande. 

La question de l’efficacité de l’application est aussi très largement remise en question. StopCovid pourra être installée « sur la base du volontariat » rappelait Nicole Belloubet lors du vote à l’Assemblée nationale. Et d’ajouter que les données seraient utilisées de manière temporaire, comme l’avait demandé la CNIL avant de donner son feu vert. À ce sujet, Mounir Mahjoubi, député LREM et ex-secrétaire d’État au Numérique, déclarait : Le logiciel de la cantine de votre commune stocke plus d’informations personnelles que cette application. Par ailleurs, le sondage révèle que 49 % des Français considèrent qu’une solution comme StopCovid devrait être imposée à la population. C’est à n’y rien comprendre. D’un côté, les citoyens se méfient du dispositif, de l’autre ils veulent qu’elle soit obligatoire. Cette question relève d’un « dilemme orwellien » résumait Damien Abad, député LR, au moment des débats au Parlement. « En réalité, ces applications ne fonctionnent que dans les pays (…) où elles sont obligatoires. Donc soit elles sont inutiles, soit elles sont liberticides ». Les expériences à l’étranger révèlent que les dispositifs comparables à StopCovid n’ont pas forcément aidé dans la lutte contre le coronavirus. « En Islande, l’application déployée très tôt a été téléchargée par 40 % de la population (…), mais les autorités avouent qu’elle a eu un rôle négligeable dans la lutte contre le Covid-19 » explique Stéphane Peu (Gauche démocratique et républicaine) à nos confrères du média Les Jours. À Singapour, pays pris pour exemple à ce sujet, le gouvernement a abandonné son application optionnelle et « rendu la version 2 obligatoire et bien plus intrusive ». Pour l’heure, il est donc difficile de se projeter sur l’avenir de StopCovid. En réalité, ce sont les Français qui décideront de son dessein. S’ils l’adoptent en plus des gestes barrières et du dépistage, alors son efficacité pourrait être prouvée. Dans le cas contraire, elle pourrait bien connaître le même sort que ses homologues étrangères.

L'application StopCovid a été approuvée par l'Assemblée nationale mercredi, mais une grande partie de la population française reste réticente à son sujet comme le montre le dernier sondage réalisé.

Ce mercredi 27 mai, la création de l'application StopCovid a été votée et approuvée à l’Assemblée nationale. Cette application, avalisée par la CNIL, sera disponible dans les App Store et Google Play Store mardi 2 juin.

Bien que les Français soient réticents à l'idée de la surveillance par des outils numériques d'après une étude réalisée par CARVEA Consulting et OPINEA, le gouvernement a malgré tout décidé d’approuver le déploiement de l’application StopCovid.

Cette application se veut respectueuse des libertés individuelles d’après la CNIL. Un avis jugé peu efficace par la plupart des experts. Cependant, le fait d'être basé sur le volontariat implique qu'elle ne serait pas représentative de la population, les données récupérées seront donc difficilement exploitables, de plus l’application exclut les personnes les plus fragiles qui n'ont pas de smartphone. 

Bien que son lancement ait été approuvé, une application digitale ne sert à rien si elle n’est pas utilisée correctement par la population. CARVEA Consulting et OPINEA ont justement interrogé les Français pour connaître leurs intentions. Il s'avère que 45% des Français n’approuvent pas une telle solution et même 27% la rejettent totalement. Les craintes sont nombreuses : la perte de l'intimité et de la vie privée arrive en tête du classement avec 57% et même 70% parmi les plus jeunes.

Si l’on explique qu'un traçage digital pourrait sauver plusieurs dizaines de milliers de vies et plusieurs centaines des milliers d'emplois, nous retrouvons d'une part 16% de la population qui préfère toujours protéger sa vie privée et son intimité en sacrifiant des vies et des emplois, 35% qui déclarent qu'une telle solution nécessite un consentement préalable quitte à sacrifier des vies et des emplois. Et 49% des Français qui considèrent que cette solution devrait être imposée à la population.

Application COVID 19 : les Français sont réticents à l’idée de la surveillance par des outils numériques

Le lancement de l’application STOP-Covid qui doit être débattu au Sénat, crée une situation exceptionnelle d’urgence avec des enjeux humains et économiques extrêmes. Elle oblige chacun d’entre nous à se prononcer sur l’acceptabilité sociale d’une surveillance via des outils numériques.

ette application respectueuse des libertés individuelles, la CNIL ayant rendu un avis favorable, est jugée peu efficace par la plupart des experts. Le fait d’être basé sur le volontariat implique qu’elle n’est pas représentative de la population et exclut les personnes les plus fragiles qui n’ont pas de smartphone. 

Si les épidémiologistes et les médecins sont plutôt favorables, la Ligue des droits de l’homme rejette son utilisation.  Et les experts en Sécurité mettent en garde sur les risques importants de dérapage possible de types fausse alerte, fichage … et beaucoup pense que les « libertés sont inutilement sacrifiées ».

Aussi performante soit-elle, une application digitale ne sert à rien si les personnes concernées n’y adhèrent pas, voir la rejettent. Pour cette raison CARVEA Consulting et OPINEA ont interrogé les Français pour connaître leurs intentions.

Il s’avère que le pays est encore une fois divisé. En effet 45% de nos compatriotes ont une posture négative vis à vis d’une telle solution et même 27% la rejette totalement, peu importe leur profil sociodémographique. Que dire des Chinois ou des Coréens du Sud à qui personne n’a posé de question pour l’adopter?

Près de la moitié des français pense qu'une solution de Traçage Numérique devrait être imposée

La maîtrise de la propagation du virus, via une application mobile qui retrace les mouvements des individus, apparaîtrait désormais comme une solution salutaire pour notre pays où le coût humain, social et économique du confinement devient difficilement supportable. Toutefois une solution digitale, aussi performante soit-elle, ne sert à rien si les personnes concernées n'y adhèrent pas, voire la rejettent.

Les cabinets CARVEA Consulting et OPINEA ont interrogé les Français du 30 avril au 4 mai 2020 pour connaître leurs avis. Il s'avère que le pays est encore une fois divisé. En effet, 45% des Français ont une posture négative vis à vis d'une telle solution et même 27% la rejettent totalement, peu importe leur profil sociodémographique.

Les craintes sont nombreuses : la perte de l'intimité et de la vie privée arrive en tête du classement avec 57% et même 70% parmi les plus jeunes.

Par contre, en expliquant qu'un traçage digital pourrait sauver plusieurs dizaines de milliers de vies et plusieurs centaines des milliers d'emplois ; Il en ressort que 16% des personnes interrogées préfèrent toujours protéger leur vie privée et leur intimité en sacrifiant les vies et les emplois. 35% déclarent qu'une telle solution nécessite un consentement préalable quitte à sacrifier des vies et des emplois. Et d'autre part, 49% des français considèrent qu'une telle solution devrait être imposée sans discussion ni consentement afin de sauver un maximum de vies et d'épargner des emplois.

 

Billet d’humeur: il faut faire tomber certains masques

Un coup de gueule et l’expression d’un étonnement cette semaine. D’abord manifester mon ras-le-bol d’assister aux leçons de sociologie assénées à longueur de médias, affirmant que le français est un indiscipliné notoire incapable d’épouser les vertueux modèles chinois où le port du masque est institutionnalisé. Dans la forme, ce n’est pas tellement faux, c’est le revers de la démocratie, on adopte l’attitude que l’on souhaite puisque l’on ne craint pas de terminer en prison pour rébellion vestimentaire. Dans le fond, c’est d’une hypocrisie crasse : en temps normal, si les Chinois portent le masque, ce n’est pas tant pour épargner leur voisin d’un quelconque virus, c’est surtout pour ne pas suffoquer, victimes de la pollution industrielle que leur régime est incapable d’endiguer.

Mon étonnement à la lecture d’une étude réalisée par Carvea consulting et Opinea. Dans la perspective de la mise en œuvre de l’appli Stop Covid, l’organisme a sondé les Français pour déterminer leur degré d’ouverture à cette technologie permettant de savoir si l’on a été en contact avec une personne contaminée. L’idée, c’est de sauver des vies et préserver des emplois. « 45 % de nos compatriotes, livre le compte-rendu, ont une posture négative vis-à-vis d’une telle solution et 27 % la rejettent totalement ». Donc quand il s’agit d’être tracé sur les réseaux pour que nous soit vendu du gel douche ou un voyage, ça ne pose pas de problème, mais s’agissant de sauver des vies, ce serait plus délicat ? Étrange.

Traçage numérique : une France divisée

1 français sur 6 (16%) préfère sa liberté à l’intérêt collectif pour sauver des vies et 1 français sur 2 (49%) pense qu’une solution de Traçage Numérique devrait être imposée.

 La maîtrise de la propagation du virus, via une application mobile qui retrace les mouvements des individus, apparaît comme une solution salutaire pour notre pays où le coût humain, social et économique du confinement devient difficilement supportable. Cependant une solution digitale, aussi performante soit-elle, ne sert à rien si les personnes concernées n’y adhèrent pas, voire la rejettent. Pour cette raison CARVEA Consulting et OPINEA ont interrogé les Français pour connaître leurs intentions. Il s’avère que le pays est encore une fois divisé. En effet 45% de nos compatriotes ont une posture négative vis à vis d’une telle solution et même 27% la rejettent totalement, peu importe leur profil sociodémographique. Que dire des Chinois ou des Coréens du Sud à qui personne n’a posé de question pour l’adopter… ?

Les craintes sont nombreuses : la perte de l’intimité et de la vie privée arrive en tête du classement avec 57% et même 70% parmi les plus jeunes. Mais sont-ils conscients du coût que la protection de cette intimité et de la vie privé représente ? A priori oui. En expliquant qu’un traçage digital pourrait sauver plusieurs dizaines de milliers de vies et plusieurs centaines des milliers d’emplois, nous retrouvons d’une part :  16% de nos compatriotes qui préfèrent toujours protéger leur vie privée et leur intimité en sacrifiant les vies et les emplois ; 35% qui déclarent qu’une telle solution nécessite un consentement préalable quitte à sacrifier des vies et des emplois.

Et d’autre part 49% des français considèrent qu’une telle solution devrait être imposée sans discussion ni consentement afin de sauver un maximum de vies et d’épargner des emplois.

Traçage numérique : Sommes-nous prêts à sacrifier des vies pour la protection de notre vie privée?

C’est la question débattue en ce moment, la France est-elle capable de mettre en place un système de « traçage numérique » efficace pour une stratégie de sortie du confinement. Sommes-nous prêts à sacrifier des vies pour préserver notre vie privée ou à l’inverse notre intérêt individuel passe il avant l’intérêt communautaire ?

 Par Jean-Luc KOCH, Président de CARVEA Consulting

Exemple asiatique

Les pays asiatiques ont prouvé que le traçage numérique de la population, via la géolocalisation des téléphones mobiles, permet de diminuer voire d’endiguer la propagation du virus et de réduire, par voie de conséquence, le nombre de morts. En France, La CNIL qui est le gendarme du numérique, exige que le traitement de données soit « anonymisé », d’une « durée limitée », et « optionnelle » reposant sur « le consentement libre et éclairé » des utilisateurs. Autrement dit, le traçage numérique serait autorisé, dès lors qu’il respecte les règles de libertés individuelles si chères aux citoyens sans exclure les délaissés du numérique. Dans une Tribune parue le 20 mars dans le Financial Times intitulée ‘’Le monde après le Corona Virus’’ l’historien israélien Yuval Noah Hariri déclarait : « Des décisions qui, en temps normal prendraient des années de discussion sont actées aujourd’hui en quelques heures. Des technologies immatures, et même dangereuses sont utilisées, car les risques de ne plus rien faire sont plus grands »

Quel choix technologique ?

Pendant que l’Asie agit, les démocraties tâtonnent pour rechercher un consensus politique. En effet, pour déroger à la loi et passer outre le consentement des personnes concernées, Il faut légiférer, justifier de l’usage dûment proportionné de ce système de traçage numérique. Résultat, nos démocraties légifèrent, arbitrent et décident quand il est trop tard ! Face à l’intérêt général de santé d’une telle crise sanitaire et du nombre de vies à sauver, la liberté individuelle semble souveraine.

Transformation numérique - Auditer son entreprise et définir une stratégie

« Quels sont les éléments disruptifs de mon secteur, pourquoi demain, je risque de disparaître si je n’agis pas aujourd’hui, voilà la bonne question à se poser en amont de tout diagnostic”, estime Jean-Luc Koch, président de Carvea Consulting. En s’inspirant de grands disrupteurs comme Uber, Airbnb ou encore Tesla, on mène une réflexion qui va plus loin que la simple évolution de son process d’entreprise ou de sa relation client. On pose la problématique de l’évolution globale de la culture et de la stratégie de son entreprise ». Selon lui, les grands disrupters ont notamment en commun d’avoir complètement réinventé l’expérience client. « À chaque fois, ils se sont demandé, « si je me mets à la place de mon client, si j’oublie le modèle traditionnel, de quel nouveau service aimerais-je profiter ? ».

La quintessence d’une entreprise repose sur les hommes, la culture et le change management, tous les consultants s’accordent pour le dire et la mise en place d’une stratégie de transformation par le digital n’est pas sans bouleverser les esprits et sans rencontrer des réticences, voire de fortes oppositions. « Impliquer et embarquer les collaborateurs est une condition sine qua non, déclare Jean-Luc Koch. Tout comme réfléchir à la manière dont on attirera demain les talents du digital qui feront bouger l’entreprise ». Celle-ci doit par ailleurs s’attacher à définir le niveau de maturité digitale de ses collaborateurs et de ses clients. « Ces derniers sont-ils prêts à adopter une nouvelle expérience numérique et à changer leurs modes de consommation pour utiliser les nouveaux services ?», interroge Jean-Luc Koch.

« Le véritable enjeu du Cloud souverain, c’est l’écosystème économique français et européen. »

La souveraineté numérique est aussi importante que l’armée pour 78% des Français sondés fin 2019 par Carvea Consulting, explique son directeur Jean-Luc Koch : « Notre étude nous a amené à nous demander qu’est-ce que la souveraineté ? On la confond souvent avec le fait que les données soient stockées en France, ce qui est un vrai besoin. On la confond aussi avec des problèmes règlementaires, ce qui est un autre besoin. Mais le véritable enjeu du Cloud souverain, c’est l’écosystème économique français et européen. Il ne s’agit pas seulement de données numériques stockées sur le sol national, mais de traitements d’IA et de logiciels qui doivent interagir les uns avec les autres. Avec le Cloud Act, signé par l’administration Trump en 2018, les USA sont en capacité de remonter des informations électroniques y compris sur le territoire français pour des raisons d’enquêtes judiciaires ou d’intelligence économique. L’affaire Huawei a révélé que l’espionnage en ligne faisait également partie de la culture chinoise tandis que les acteurs du Cloud chinois s’installent en Europe. D’où la nécessité d’une alternative, un Cloud de confiance fondé sur un écosystème souverain. »

78% des Français considèrent la souveraineté numérique aussi important que de disposer de sa propre armée.

Une étude réalisée récemment par le Cabinet Carvea Consulting sur la base d’un panel réalisé par OPINEA révèle que la souveraineté numérique est perçue par 78% des Français comme un élément aussi important que de disposer de sa propre armée. Le sentiment de contrôle conforte le sentiment de sécurité, mais ne rassure pas ceux qui se sentent écoutés ou espionnés avec un taux de 80%. Par ailleurs, pour les 5% de ceux qui ne se sentent pas du tout écouté, la souveraineté reste encore importante (61%).

La souveraineté Numérique aussi importante que l’armée !

La souveraineté numérique est perçue par 78% des Français comme un élément aussi important que de disposer de sa propre armée ; le taux passe à 85% chez ceux qui se sentent en sécurité
Le sentiment de contrôle conforte le sentiment de sécurité, mais ne rassure pas ceux qui se sentent écoutés ou espionnés avec un taux de 80% Notons que les pour les 5% de ceux qui ne se sentent pas du tout écouté, la souveraineté reste encore importante (61%)

À QUOI RESSEMBLERA LE MONDE DIGITAL DEMAIN ?

Samedi 11 janvier 2020, Jean-Luc Koch, Président de Carvea Consulting a abordé le sentiment de sécurité dans le digital. L'étude menée par Carvea Consulting a revelé que deux Français sur trois déclarent se sentir surveillés au quotidien dans l'émission 01 Business Forum.

La méfiance prend le pas sur la confiance

Big Brother ne serait donc jamais bien loin, aux yeux des Français. Beaucoup pensent réellement être écoutés, surveillés, analysés ou scrutés, que ce soit dans leurs échanges ou leur navigation en ligne.

Ils sont 80% à penser que leurs conversations téléphoniques ont déjà été analysées ou écoutées à leur ins

La confiance varie selon le type de sites Internet, mais aussi selon l’âge de l’internaute et, sans surprise, les plus âgés sont les plus méfiants.

IMS Networks présente Cyblex Technologies, avec le soutien de Jean-Luc KOCH Senior Advisor

IMS Networks accélère son développement dans l’infogérance de la cybersécurité et crée une filiale, Cyblex Technologies, pour développer des technologies de cyberdéfense.

Le sentiment d’être surveillé est lié aux écoutes officielles mais aussi au développement des usages en matière numérique

Deux Français sur 3 (67%) - peu importe leur sexe, l’âge ou le statut social - déclarent se sentir surveillés dans leur vie quotidienne. Ils sont encore plus nombreux (80%) à penser que leurs conversations téléphoniques ont déjà été analysées ou écoutées à leur insu et même 26% l’affirment avec certitude.

Big Brother : la surveillance «rassure» une partie des Français…

À tort ou à raison, de nombreux Français se sentent espionnés dans leur vie de tous les jours. Certains sont même sûrs que leurs conversations téléphoniques sont écoutées ! Selon une étude très sérieuse de CARVEA Consulting, nos compatriotes sont paradoxalement 86 % a se sentir en sécurité. Le sentiment d’omniprésence du pouvoir a donc un côté sécurisant pour un bon nombre d’entre nous…

IMS crée Cyblex une filiale dédiée à la cyberdéfense, soutenu par Jean-Luc KOCH Senior Advisor, Président de Carvea Consulting, précédemment Président de Devoteam Consulting et Cesmo Consulting,

IMS Networks présente Cyblex Technologies, l’intelligence au coeur des réseaux Mathieu RIGOTTO, directeur des activités cybersécurité d’IMS Networks depuis cinq ans, a été nommé Directeur Général de la filiale “Cyblex Technologies”. Ingénieur télécom de formation, il est désormais en charge de la définition de la stratégie de la filiale, au côté de Thierry BARDY, le président d’IMS Networks. Il sera soutenu par deux Senior Advisors : Jean-Luc KOCH, Président de Carvea Consulting, précédemment Président de Devoteam Consulting et Cesmo Consulting, et Sébastien CHAILLOT, Directeur Général de Witekio, Président fondateur d’Abisko.

Quand 50% des internautes sont conscients que leurs données personnelles sont utilisées à des buts commerciaux…

52% des Français pensent que leurs données sont bien protégées sur des moteurs de recherche de sites d’e -commerce ou YouTube. Ce niveau de confiance augmente à 59% auprès des moins de 35 ans et chute à 49% auprès de 35 ans et plus.

Les Français se sentent surveillés

Ils sont encore plus nombreux (80%) à penser que leurs conversations téléphoniques ont déjà été analysées ou écoutées à leur insu et même 26% l’affirment avec certitude. Cette certitude est plus que doublée (62%) auprès de ceux qui déclarent se sentir surveillés. Pourtant les écoutes en France sont très encadrées et extrêmement rares, elles ne représentent qu’une faible fraction de la population et proportionnellement entre 10 et 15 fois moins que dans les pays voisins alors à quoi serait dû ce sentiment d’être surveillé ? 

En effet aujourd’hui, le pouvoir ne s’expose plus, mais il est perçu comme omniprésent, ses actions sont plus rares mais sa présence est ressentie. Les Français font confiance aux institutions 50% des internautes sont conscients que leurs données personnelles sont utilisées à des buts commerciaux…

La confiance varie selon le type de sites Internet, mais aussi selon l’âge de l’internaute et, sans surprise, les plus âgés sont les plus méfiants. D’une façon générale, 52% des Français pensent que leurs données sont bien protégées sur des moteurs de

recherche de sites d’e-commerce ou YouTube. Ce niveau de confiance augmente à 59% auprès des moins de 35 ans et chute à 49% auprès de 35 ans et plus. 

Les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Snapchat ou Twitter) inspirent moins de confiance avec seulement 34% au global mais avec une différence encore plus importante entre les générations. Les moins de 35 ans sont 42% à faire confiance à Facebook contrairement aux 35 ans et plus qui ne sont que 34%.

Les sites des institutions publiques comme la SNCF ou la RATP inspirent davantage confiance (67%) peu importe l’âge de son utilisateur, mais ce sont les sites des banques et des impôts qui arrivent en tête avec un score de 84% peu importe l’âge de l’utilisateur.

Les Français ont confiance dans les institutions françaises, l’effet RGPD (Règlement de la protection des données à caractère personnel) qui informe de l’utilisation des données rassure, malgré le fait qu’il ne protège pas et que beaucoup d’internautes ne lisent par le contenu des GCU (Conditions générales d’utilisation). 

Toutefois, concernant le sentiment de sécurité dans la vie quotidienne, il est partagé par 86% de la population nationale dont 18% déclarent même se sentir totalement en sécurité. Le sentiment d’insécurité ne touche donc que 14% des citoyens.

Ce sentiment de sécurité varie selon le sentiment d’être surveillé, mais pas d’une façon proportionnelle. En effet le fait de se sentir surveillé a un effet à double tranchant sur le sentiment de sécurité. D’une part il renforce de +55% le sentiment de sécurité totale en passant de 18% à 28% et d’autre part augmente le sentiment d’insécurité qui passe de 14% à 20% gagne +43%.

Il faut rappeler que le sentiment d’être surveillé n’est pas exclusivement lié aux écoutes officielles ordonnées par le pouvoir en place, les Français sont conscients que l’utilisation des équipements connectés comme un smartphone, un assistant personnel ou une montre, permet de retracer leurs comportements. Cela provoque certes un sentiment de méfiance pour 47%, de crainte pour 26% et de malaise pour 20% par contre les sentiments positifs sont également engendrés : la confiance pour 18%,

Les Français craignent Big Brother

Plus de deux Français interrogés sur trois (67 %) déclarent se sentir surveillés dans leur vie quotidienne. Ils sont encore plus nombreux (80 %) à penser que leurs conversations téléphoniques ont déjà été analysées ou écoutées à leur insu et même 26 % l'affirment avec certitude.

L'IPAD, un outil d'entreprise incontournable, mais qu'il faut justifier

Entre valorisation d'image, gain de productivité et de mobilité, la tablette d'Apple a tout pour séduire les entreprise. Mais les investissements supplémentaires qu'elle représente ou l'effet gadget qu'elle suscite peuvent rebuter

Directeur de la stratégie mobile, chef d'orchestre de la démarche Mobile First

Le Directeur de la stratégie mobile a pour objectif d'intégrer la démarche Mobile First de l'entreprise, de façon transverse et à tous les niveaux hiérarchiques de l'organisation

Modèle low cost ou gestion des coûts serrée

Les analystes s'accordent aussi pour distinguer le modèle de gestion du nouvel entrant de celui de ses grands rivaux "d'une part, Free uyilise une technologie IP qui réduit les coûts, d'autre part, il a fait le choix d'une facturation ultrasimple, ce qui diminue les frais de facturation "

GOOD MORNING BUSINESS Stéphane SOUMIER, le plus grand show matinal consacré à l'économie: Les Cadres et Facebook

Facebook incontournable pour les professionnels de par sa taille !

Un cadre sur quatre (25%) parmi ceux qui déclarent utiliser Facebook (56%) soit 14% de l’ensemble de la population des cadres en France déclare que ce réseau apporte des informations importantes pour la vie professionnelle. Compte tenu du taux d’utilisation de chaque réseau auprès des cadres (Facebook 56%, Viadeo 21% et LinkedIn 11%) et malgré les résultats relatifs assez encourageants pour les 2 autres réseaux sur cette dimension d’intérêt professionnel (LinkedIn 79% et Viadeo 63% vs 25 % de Facebook) c’est Facebook qui reste en tête de classement en valeur absolue.

Repères du mois : Internet par satellite le haut débit des zones rurales

La compétitivité des territoires passe par la disponibilité d'accès haut débit à des prix abordables pour tous, ce livre blanc fait le point en détaillant l'ensemble des critères de choix des solutions disponibles aujourd'hui pour qu'un élu puisse répondre à la demande des exclus du numérique, qui n'ont eu que la chance de choisir un cadre de vie agréable, et la malchance d'être dans une zone blanche ou grise du haut débit.

Aménagement Numérique: Le haut débit par satellite dans les zones rurales

Beaucoup de français ne sont pas forcément conscients du formidable potentiel du satellite pour se connecter à l'Internet. Afin de combler ces zones blanches en matière de connaissance sur les solutions technologiques haut débit, je salue l'effort pédagogique de l'auteur Jean-Luc KOCH, de Carvea Consulting", a lancé, ce 20 mai, Michel de Rosen, directeur général d'Eutelsat Communication à l'occasion de la sortie d'un livre blanc intitulé : "L'internet pas satellite : le haut débit des zones rurales".

01 BUSINESS "La Folie des Applications mobiles en entreprise"

Eutelsat a publié son Livre blanc à destination des élus locaux des zones rurales

L'Internet par satellite le haut débit des zones rurales, réalisé par le cabinet Carvéa Consulting. Cette publication est « née d'un double constat », indique l'opérateur : « Les élus des zones blanches ne sont pas suffisamment informés des évolutions des solutions satellitaires » et « la fracture numérique existe toujours ». Selon un rapport de l'Assemblée nationale du 5 novembre 2009, près de 13 % de la population ne peuvent pas avoir accès à l'internet fixe avec un débit supérieur à 2 Mbps, parmi les lesquels 1,7 % n'y a pas du tout accès, souligne Eutelsat...

58% des français placent beaucoup d'espoir en l'IPAD...

Selon un sondage réalisé par Carvea Consulting et Opinea, 58% des français pensent que l'Ipad d'Apple va révolutionner l'usage de l'ordinateur. D'après leurs résultats, 2/3 de la population interrogée est au courant du lancement de la tablette Apple. Les plus réceptifs sont les hommes (78%) actifs 36-45 ans et, sans grande surprise, les répondants adeptes de la marque, qui possèdent un Iphone (88%) !n France

iPad : 5% des français sont dans les starting block...

Carvea Consulting et Opinea ont réalisé une enquête flash auprès d’un échantillon représentatif de la population française, pour connaître sa perception de la nouvelle tablette numérique Ipad d'Apple , avant son lancement imminent aux Etats-Unis. Rumeurs, silence de la marque, révélation en grande pompe… Apple a confirmé sa force de frappe marketing. Le buzz médiatique autour de l’Ipad a été d’envergure une fois de plus. Profitons en pour glisser que l'iPad est disponible en pré commande pour l'Apple Store US, probablement bientôt disponible en France

Animateur : Jean-Luc KOCH CARVEA CONSULTING / CRESTEL & BitGroup

Centrex et Saas, des services en ligne séduisants ? Les offres des fournisseurs de services / Quelles applications ? /- Quelles garanties ?
Copyright © 2020 Carvea.com. Tous droits réservés
Conception : iDesign